Lettre novembre-décembre 2018

Lettre pédagogique n°21

Chaque mois, cette lettre vous propose une sélection d'articles issus des revues de pédagogie universitaire (en français ou en anglais), de journaux grand public ou de blogs.

Évaluer son enseignement et interpréter les résultats

Site du centre de soutien à l'enseignement (CSE) de l'Université de Lausanne consacré à l'évaluation des enseignements. Des questionnaires types sont proposés et chaque questionnaire est disponible en numérique ou sur papier. Dans les deux cas, le traitement est réalisé par les personnels du CSE mais sous le sceau de la confidentialité. À noter que sont fournis deux guides d'interprétation des résultats des évaluations dont un guide d'interprétation des commentaires étudiants.

Articles

  • Un article du Monde : L'université de Toulon a expérimenté cette année le "oui, si" de type 2, c'est à dire avec allongement de la durée d'étude, en droit, en sciences de la vie, en économie et en LEA. Seulement la moitié des places prévues à l'ouverture ont finalement été pourvues et le sentiment qui domine chez les inscrits est l'injustice "montrant combien il est difficile de convaincre en amont de l’échec aux partiels". Certains ne comprennent pas ce qu'ils font là, sans doute faute d'explications suffisantes sur un parcours mis en place en urgence.
  • Le MESRI publie les chiffres (provisoires) des inscriptions dans le supérieur pour l'année 2018 et 2019. Comme c'était prévisible en raison du pic démographique, ces inscriptions ont augmenté en moyenne de 7,2%, que ce soit dans les IUT ou dans les universités (hors IUT). À noter que l'augmentation à Montpellier est plus faible que la moyenne nationale (+6,3%). L'augmentation du nombre de bacheliers a davantage concerné le bac ES (+13,9%) que le bac S (+7,9%) ou L (+1,3%).
  • Claire Polo, enseignante chercheuse en sciences de l'éducation, analyse les raisons du décrochage à l'université, qui se produit essentiellement au mois de décembre. Pour elle, l'isolement est le principal facteur de décrochage. S'il touche tous les milieux sociaux, il affecte particulièrement les bacheliers pros et technos, ainsi que les étrangers ou les étudiants mal orientés.
  • La ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche a annoncé le 23 octobre dernier la création d'une prime de reconnaissance de l'engagement pédagogique. Cette prime, d'un montant moyen de 5000€, devrait concerner 20% des enseignants et des enseignants-chercheurs mais aussi 10% des BIATS. Les critères d'attribution ne sont pas encore connus mais l'attribution devrait se faire au niveau local.
  • Si le système éducatif finlandais a longtemps été montré en exemple, sa chute régulière  au classement PISA depuis 2009, singulièrement en mathématiques et en sciences, amène à s'interroger sur les modifications apportées à ce modèle. En effet, les Finlandais se sont tournés depuis plusieurs années vers une approche holistique et transdisciplinaire de l'enseignement (phenomena based learning) et une utilisation plus importante des ressources pédagogiques numériques. Un chercheur en psychologie a conclu que c'était surtout l'utilisation de ressources numériques qui pouvait être tenue pour responsable principale de la baisse de performance du système finlandais.
Modifié le: mercredi 16 janvier 2019, 09:35