Annonces

deux autres exemples de réponses/ UE 23 Contrôle moteur 2020

deux autres exemples de réponses/ UE 23 Contrôle moteur 2020

par Lagarde Julien,
Nombre de réponses : 0

Bonjour,
 
ci dessous deux exemples de (bonnes) réponses rédigées par une étudiante :

Cordialement,
Julien Lagarde

Question  2
Le bruit est une agitation moléculaire qui va induire sur les canaux ioniques et laisser entre du Ca2+ et donc éventuellement créer un potentiel d’action. Il arrive parfois que des personnes tombent sans explication, cependant ce phénomène serait en réalité dû au bruit. Les bruits sont des erreurs naturelles dans le système nerveux. Plus les patrons de coordination ont stables, moins le bruit aura des conséquences sur les mouvements. Les enfants qui apprennent à marcher ont des patrons de
coordination en construction et sont donc plus touchés par le bruit. Les personnes âgées perdent leurs habiletés et sont également affectées par le bruit. C’est pour cela que les enfants et les personnes âgées tombent plus fréquemment qu’un adolescent ou un adulte. Le concept du bruit ici est orienté vers les interprétations de Fitts, de Wolpert et Harris. Dans la tâche de Fitts sur le pointage, le bruit est d’amplitude constante, il ne varie pas. Pour Harris et Wolpert, l’amplitude du bruit varie proportionnellement avec l’amplitude du mouvement : plus il y a de mouvement, plus il y a d’accélération, plus il y a de force (2nd loi de Newton : F=m.a) donc d’après l’hypothèse du « signal dependent noise », plus de bruit. Sauf que d’après le concept de simplixité, le cerveau est capable de choisir des solutions simplifiées
ce qui permet au geste d’être effectué plus rapidement et plus précisément.
Les patrons de coordination qui sont les structures de nos mouvements sont bâties et solidifiés grâce à un apprentissage. Le patron de coordination sera stable une fois l’habilite acquise, une fois que le mouvement sera devenu automatique et lisse.
Les patrons de coordination ont utilisent le cerveau qui enregistre et applique une simplification des taches. Une fois cet apprentissage effectué, les habilités évoluent jusqu’au niveau expert. Ces conditions réunies permettent aux patrons de coordination d’être stables.

Question  3
Une habilité est une capacité à effectuer un mouvement avec plusieurs niveaux d’intégrité : débutant (découverte du mouvement au niveau cognitif et perceptif moteur), intermédiaire (en cours d’acquisition du mouvement) et expert (maîtrise parfaite du mouvement sous tout ses angles). Elles peuvent être décomposées en sous-habilités comme dans l’exemple du jongleur vu en cours. La structure globale de coordination du jonglage peut être décomposée en sous-unités. L’objectif étant d’élaborer des outils d’analyse, de décomposition pour établir un « diagnostic »
d’une performance ou d’un comportement. Cette grille permettra de savoir si un geste est bien réalisé. On définit deux catégories : une cognitive et une perceptive-motrice. La catégorie cognitive porte sur les activités de planification, essentiellement communicables par la personne à une autre de façon symbolique. La catégorie perceptive et motrice relate un fonctionnement de système nerveux et biologique
non symbolique mais en interaction avec les activités mentales cognitives.
Ces catégories sont remplies d’invariants. Les invariants sont des propriétés qui apparaissent systématiquement de façon récurrente et si possible de façon robuste, aisément observables et mesurables. Ils sont dit invariants car ils ne varient pas entre individus et ne varient pas dans le temps : ils sont génériques et stationnaires.
Pour décomposer une habilité, il faut en définitive déterminer les sous catégories (cognitives, perceptive et motrice) et faire correspondre leurs invariants.